COUP DE MAÎTRE AU MARATHON DE LA COTE CHALONNAISE (BIS)

Cess n’a pas traîné en chemin pour son premier 42.195 et a ravi son chéri et ses fidèles supporters (les mêmes que pour Xa), dès que les courbatures seront passées elle pourra vous raconter comment on gagne son premier marathon…

Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. Xav dit :

    Quand t’es forte, t’es forte…marathon ou trail, tu es toujours présente..
    Je sais que tu étais inquiète aussi…en tout cas encore bravo. Une vrai championne!!!

  2. Alexis dit :

    Sur route ou en trail on la retrouve toujours à la même place, toujours sur la boîte. Belle performance pour un premier marathon et sur un parcours vallonné en plus. Ça va envoyer sur les sentiers maintenant :p Félicitations Cecile bonne recup

  3. Seb dit :

    Bravo Cécile, bonne récup

  4. Jess la supportrice dit :

    Que dire ………
    😉 quand tu es forte, tu es forte … même sur une broutille de marathon 😛
    encore un grand bravo !

  5. Agecanonochou dit :

    Quand je pense que certaines personnes considèrent les traileurs comme des randonneurs qui ne savent pas courir….ça se voit qu'”ils ne te connaissent pas Cécile 🙂
    Jolie victoire, une de plus…..et une superbe prépa pour la suite de la saison.
    Bravo championne, hâte de vous voir en juillet
    Bises

  6. Ti Manu dit :

    Punaise, heureusement que tu avais mal partout mercredi et tout le tointoin…hihihihihi….comme Xa perso même pas inquiet…tu as fais le job et encore une fois prouvé ton potentiel…BRAVO madame…avec ce beau marathon dans les pattes, les ultras traileuses n’ont qu’à bien se tenir….des bisous
    Ti Manu

  7. La Mouette dit :

    Salut les amis,
    Tout d’abord merciiiiiiii à tous pour vos encouragements, votre présence, vos félicitations.
    Que vous dire de cette course à part que je remercie xav de m’avoir mis cette idée en tête et que je remercie Pat de m’avoir concocté une prépa aux petits oignons malgré la difficulté qu’il a rencontré, pas parce que j’avais prévu pleins de courses avant 😉 mais parce que j’ai décidé de partir en vacances en plein milieu de la prépa :-)))
    Je dois vous avouer que je n’y croyais pas vraiment lorsque je me suis positionnée sur la ligne de départ. Comme l’a dit Titi, mercredi ça n’allait pas du tout. Les deux fois 1h de lundi et mardi étaient catastrophiques en sensations et en lourdeur des jambes… du coup je décide de faire repos total mercredi et jeudi (comme le prévoyait le plan d’ailleurs). Matthieu s’est transformé en masseur pendant 3 soirs où il a pris soin de mes jambes et de mes mollets (c’est un amour cet homme). Vendredi après 30’ de footing et 1km à allure marathon avec les copains à la garde, les sensations n’étaient pas mieux. Et quand tu montes au deuxième étage (parce que ta piaule s’y trouve) et que tu as l’impression de gravir l’Everest car tes jambes te brûlent et que tu souffles comme si tu avais fumé une clope, et bien franchement tu te dis : bah demain c’est vraiment pas gagné. Du coup ta mentalité change et tu ne vois plus que les bons côtés de cette course : il va y avoir pleins de copains sur la course, je vais m’échauffer avec mon ami de toujours, mon chéri s’est mis en 4 pour moi, les oiseaux vont piailler, le soleil va chauffer et la préparation payera pour les futurs trails dans tous les cas donc bordel de crotte il faut profiter même si les papates ne sont pas là.
    Le jour J arrive donc… Gio nous a rejoint à la caserne aux aurores juste pour nous encourager (il est au top alors qu’on sait tous qu’il rêve d’être à notre place). Il me donne quelques conseils qui sont les bienvenus vu mon inexpérience sur ce genre de format de course. Je vous passe l’arrivée à Givry, etc… On part s’échauffer avec xav et je suis bizarrement très détendue même si ça fait 4 jours que je me dis : mais purée je n’arriverai jamais à partir à 13km/h dès le début de la course… Après un p’tit bonjour à Alexis, on va se placer sur la ligne de départ. Après quelques mots rassurants de xav, on se souhaite bon courage et il va devant. Et voilà le départ est donné pour le 1er objectif de la saison. Et finalement abracadabra mes jambes répondent. Après 1km je regarde ma montre, je suis à 14km/h. Ouh la la, on se calme petite, on écoute ce que t’a dit Gio : ne pas partir trop vite… Du coup, je me cale à 13,5 avec d’autres mecs. Et j’attends la première côte! Ben oui d’habitude il y a toujours une côte qui te casse les pattes après 1km de course. Mais comme elle n’arrive pas (normal c’est pas un trail, benette!) ben je continue et je suis heureuse car je me fais plaisir. Bref je ne vais pas vous raconter toute la course car ça serait trop long mais voilà quand même quelques anecdotes : après 2km de course, deux mecs en VTT attendent sur le côté. Quand ils voient notre groupe arriver, ils se mettent devant nous!!! J’ai failli gueuler en leur disant mais putain, cassez vous! Mais bon, les oiseaux chantent, les grenouilles petent, les jambes vont bien donc je garde mes gros mots pour moi. Après 5’ ils sont toujours là et ils finissent par me dire : on vous accompagne jusqu’au bout car nous devons accompagner la première femme. Ok ok, mais je ne serai sûrement pas la première femme très longtemps je leur réponds ;). Bref, jusqu’au 21eme km j’ai couru avec musclor au cheveux rouges qui m’a donné un bon rythme. J’étais dégoutée quand il m’a dit qu’il m’abondonait car il faisait le mara3 et que le mec qu’il récupérait courait moins vite. Ensuite je me suis retrouvée un peu seule mais avec 2 lièvres devant qui étaient mon point de mire et bien sûr toujours avec mes deux vélos :). Au 28eme je suis un peu dans le dur. Matt est là, il me redonne une gourde et me dis que Pat et Lydie ne sont pas loin car nous avons rejoint les coureurs du semi-marathon. Du coup, nouvel objectif : rattraper le coach et Lydie pour finir avec eux. Chose que j’arrive à faire mais pas avant le 38eme km au moins. Quand enfin j’arrive à leur niveau, je ne sais plus où sont mes jambes. J’ai une pointe au mollet enfin bref ce n’est pas la panacée. Je crache un : j’ai mal au mollet et je suis dans le dur à Pat (je ne sais même pas comment il a compris ce que je lui ai dit!). Mais en tout cas il me répond par un encouragement et un : détend tes bras, sois moins crispée et ça ira. Du coup, bah j’écoute le coach (enfin j’essaye)… Je double Momo au 40eme environ qui m’encourage. Même s’il est dans le dur lui aussi je l’entend encore gueuler mon nom 500m après… et enfin c’est le passage de la ligne et franchement je suis aussi heureuse que lorsque j’ai passé la ligne au 80km du Mont Blanc.
    Bon j’ai été assez longue et de toute façon je n’arrive pas à exprimer toutes les émotions que j’ai eu quand je suis arrivée. J’avais tellement perdue confiance en moi ces dernières semaines que je n’y croyais absolument pas. Ce qui est sûr c’est que malgré la difficulté pendant les 10 derniers kms, j’ai vraiment aimé cette course parce que mes jambes étaient là. Sans jambes le plaisir n’aurait pas été le même!!!
    On se donne rdv l’année prochaine pour le mara3, n’est-ce pas Lydie?!
    Merci encore à tout le team et particulièrement à mon chéri. Maintenant retour dans les bois et on allonge les distances sans perdre cette vitesse acquise grâce à une prépa au top. Merci coach

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Question   Razz  Sad   Evil  Exclaim  Smile  Redface  Biggrin  Surprised  Eek   Confused   Cool  LOL   Mad   Twisted  Rolleyes   Wink  Idea  Arrow  Neutral  Cry   Mr. Green